A- A A+


Evènements


Une contribution sur les conditions d'exploitation et la gestion des rejets de l'usine Altéo

 

conference presse Alteo

 

La Commission Environnement Cadre de Vie Agriculture du Conseil de développement a souhaité se prononcer dans le cadre de l’enquête publique ouverte du 18 août au 25 septembre 2015 sur la question de la prolongation de l’activité de l’usine d’alumine Altéo et des rejets de boues rouges induits par son activité.

 

Alors que la Convention internationale de Barcelone du 16 février 1976 pour la protection de la mer méditerranée et l’arrêté préfectoral du 1er juillet 1996 interdisent le rejet des boues rouges à compter du 31 décembre 2015, l’usine Altéo qui emploie 500 salariés sur son site de Gardanne (900 emplois induits) continuera après cette date à rejeter des effluents liquides dans le canyon de Cassidaigne situé au large de Cassis dont les teneurs en plomb, arsenic et autres métaux lourds restent non négligeables.

 

Certes, la société Altéo a pris des mesures efficaces pour arrêter le rejet de boues solides au 31 décembre 2015 tout en valorisant la bauxaline issue de ce procédé de traitement. Demeure toutefois la question du rejet des effluents liquides qui continuent d’être déversés dans le périmètre du « coeur marin » du Parc National des Calanques, ces boues liquides étant parfois retrouvées à plus de 60km du canyon où elles se versent.

 

Le Conseil de développement estime que les acteurs du dossier (société Altéo, services de l’Etat, communes concernées) ont manqué d’anticipation et de transparence dans le traitement de cette problématique. S’il considère que l’impact environnemental de ces rejets liquides n’est pas neutre et qu’une étude complémentaire et indépendante doit être menée, il a conscience qu’en l’état actuel de la science aucune solution efficace existe pour le traitement de ces derniers. C’est pourquoi il recommande toutefois qu’une autorisation d’exploitation d’une durée de 5 ans soit accordée à la société Altéo assorti d’un contrôle public et indépendant et de la poursuite des recherches scientifiques pour supprimer les métaux lourds de ces rejets en mer.

 

Cette position du Conseil de développement de Marseille Provence Métropole se basent sur plusieurs auditions des acteurs du dossier effectuées courant septembre 2015. Elle a été formalisée dans une contribution versée au registre de l’enquête publique le 21 septembre dernier et communiquée à l’occasion d’une conférence de presse organisée devant une dizaine de journalistes à l’Agence Marseille Architecture Provence, Place Sadi Carnot, 13001 Marseille.

 

 

Visite matinale au Marche d’Intéret National des Arnavaux

 

thumb DSCF8387 1024 

 

A l’invitation de M. Rolland Mouren, Maire de Châteauneuf-Les-Martigues et élu délégué en charge de l’agriculture à la communauté urbaine Marseille Provence Métropole, la Commission Environnement, Cadre de Vie, Agriculture a visité le marché d’intérêt national (MIN) le vendredi 18 septembre 2015 à partir de 5h du matin alors que ce dernier est encore en pleine activité.

 

Accompagnés par M.Mouren, le Directeur de la Somimar et une partie de l’équipe qui gère le site, les membres du Conseil de développement ont pu échanger avec les acteurs de la filière agricole et se sont vus expliquer le fonctionnement des 24 hectares de MIN qui comportent :

- Un carreau destiné aux transactions de producteurs locaux en fruits et légumes de saison

- Un marché de gros en fruits et légumes (de toutes origines)

- Un secteur dédié aux traiteurs et autres denrées alimentaires (œufs, confiserie, huile d’olive…)

- Un espace boucherie et produits carnés

- Un marché dédié aux activités horticoles et à la décoration

- De nombreux services (restaurants, bars, agence bancaire, …)

- et une déchetterie qui permet depuis cette année de recycler les déchets végétaux issue de l’activité du marché.

 

Avec 97 entreprises, 267 producteurs, 950 emplois, 318 938 tonnes de produits traités pour un chiffre d’affaires de 327 104 K euros par an, le MIN des Arnavaux devra conforter sa vocation métropolitaine en permettant aux détaillants et restaurateurs des 92 communes de s’approvisionner quotidiennement auprès de grossistes et producteurs dans des lieux adaptés à leur activité.

 

Cette visite s’est terminée par un petit déjeuner au restaurant La Gratinée situé sur le MIN pour échanger les perspectives de développement de ce marché, sa toute nouvelle déchetterie et le projet de nouveaux locaux d’activités qui permettront à la fois de reloger les acteurs du site impactés par le tracé de la rocade L2 mais aussi de développer une offre d’implantation complémentaire.

 

 

 

Les jeunes, acteurs d’un territoire en construction

Jeunes

Alors que l'échéance électorale approche et que la Région est en passe d’être confortée dans son rôle en faveur de la jeunesse par un nouvel acte de décentralisation, le Conseil de développement souhaite que les décideurs s’approprient les propositions en faveur de la jeunesse et les concrétisent urgemment.

L’insécurité n’est pas un mal incurable. Elle est pour l’essentiel le résultat d’une fracture territoriale inacceptable où rien n’arrête, dans certains quartiers, la spirale négative de l’échec scolaire, le manque de qualification et la montée du taux de chômage qui touche près de 50% des jeunes. Si l’actualité se fait souvent l’écho de drames qui gangrènent la jeunesse (délinquance, règlements de comptes, trafics …), le Conseil de développement considère néanmoins que la jeunesse n’est pas le problème mais un des atouts de ce territoire métropolitain.

 

Tout au long de l’année 2013, il a confié à sa commission Habitat, Solidarité un cycle de travail sur la jeunesse en difficulté. Une mécanique inédite couplant divers ateliers de travail thématiques (formation, insertion professionnelle, transports et logements, culture) avec des professionnels du secteur mais aussi des jeunes bénéficiaires, la conduite d’entretiens et des vidéos témoignages avec des jeunes en difficulté dans le 15ème arrondissement de Marseille, mais aussi quartier Belsunce ou encore Cité Félix Pyat.

Son point d’orgue a été le colloque du 3 octobre 2013 au Cinéma l’Alhambra qui a mobilisé des dizaines d’organismes et réuni près de 300 personnes pour présenter et mettre en débat ses 19 propositions et donné lieu à la mise en place d’un document de synthèse « Les Actes ».

 

Dans le cadre du mandat 2014-2020 le Conseil de développement MPM entend poursuivre le portage de ces travaux et leur concrétisation via les appels à projets et dispositifs de contactualisation en cours (Contrat de ville, Appel à projets jeunesse)  

 

» Documents à télécharger :

 

Les ateliers thématiques

« Les jeunes et l’insertion professionnelle, enjeux et perspectives à 5 ans » - Jeudi 11 avril 2013, Ecole de la 2ème chance, Marseille 13015

L’atelier n°1, "les jeunes et l’insertion professionnelle" a permis de mettre en lumière certaines actions innovantes portées par les acteurs locaux. Afin de donner la parole à la jeunesse, d’éclairer les voix de la réussite trop souvent anonymes et de débattre de ces dispositifs, les actions ont été présentées par les jeunes bénéficiaires et mis en regard avec les expériences des principaux acteurs du monde de la jeunesse, des représentants des filières économiques en tension (bâtiment, hôtellerie, restauration, industrie chimique, réparation navale, etc.) et des formateurs.

 

AtelierCDevJeunes001m   AtelierCDevJeunes012m   AtelierCDevJeunes003m

"Les jeunes, et l'accès au logement et aux transports" - Mardi 18 juin 2013, à l'Association d'Aide aux Jeunes Travailleurs, Marseille 13001

A partir d'un état des lieux dressé par l'Agence d'urbanisme de l'agglomération marseillaise (agAM), l’ensemble des participants s’est entendu pour constater que l’offre de logement n’est pas adaptée aux jeunes en difficultés du fait de la nature des logements proposés, de la faiblesse de l'offre et de sa localisation ou encore des prix pratiqués. Ce constat explique en grande partie la présence d’une partie importante des jeunes chez leurs parents dans les zones défavorisées ce qui freine leur construction sociale. Par ailleurs, la mobilité a également été identifiée comme un frein à l’accès à l’emploi dans la mesure où le taux de possession d’un permis de conduire est plus faible qu’ailleurs dans ces territoires et que l’offre de transport en commun y reste mal pensée (mauvaise connexion entre ces quartiers et les bassins d’emploi métropolitains) et sous dimensionnée.

 

AtelierCDevLogement18e   AtelierCDevLogement35e

« Les jeunes et l'accès à l'offre et aux pratiques culturelles» - Jeudi 11 juillet 2013, au théâtre TOURSKY, 13003 Marseille

De façon générale, depuis trente ans, les pratiques culturelles des jeunes français sont marquées par une baisse de la lecture et une croissance du numérique, ce qui bouleverse leur façon d’appréhender le monde, de penser et de communiquer. Dans les quartiers en difficulté de Marseille, les acteurs concernés ont fait le constat qu’une grande majorité de jeunes restent exclus de toute pratique culturelle et artistique alors qu’elle contribue activement à l’ouverture et à la construction sociale individuelle. D’aucun ont souligné le lien fort existant entre culture, éducation et emploi en s’appuyant sur un certain nombre de témoignages d’intégration sociale assez édifiants. Les pratiques culturelles dans ces territoires restent en outre largement homogènes et centrées sur les arts urbains et ignorent largement les arts plus classiques. En outre, celles-ci souffrent globalement d’un manque de reconnaissance institutionnelle et de moyens, et nombre de talents, dont le territoire pourrait s’enorgueillir, ne sont pas détectés.

 

 DSC3605    DSC3584    DSC3597

Le Colloque

A Marseille, le 3 octobre 2013, un colloque citoyen réunissant plus de 300 personnes au cinéma l’Alhambra a permis de présenter les 19 propositions issues de ce cycle de travail. Elles ont été restituées sous la forme de « fiches-actions » afin de faciliter leur portage politique et leur mise en œuvre. Elles embrassent un large champ de l’action publique (l’accès à l’information, l’emploi, la formation, l’apprentissage, la culture et le logement, les transports…) relevant de différents acteurs publics (Etat, collectivités territoriales, EPCI…). Le Conseil de développement est convaincu que ces actions ne trouveront leur pleine opérationnalité que dans le cadre d’un large partenariat associant la Communauté urbaine aujourd’hui et la Métropole Aix-Marseille Provence demain aux différentes institutions concernées en cohérence avec le plan interministériel « Priorité jeunesse » PACA. C’est pourquoi, il a porté avec conviction la parole de ces jeunes auprès des institutions.

 

» Document à télécharger :

 

 

Exposition "La métropole, un jeu d'enfant" (2012)

bouchons1

 

Depuis 2012, le Conseil de développement anime une réflexion sur les représentations du territoire métropolitain, son identité culturelle et la question du vivre-ensemble. Ce travail porté par la commission Culture a été présenté en ouverture des assemblées plénières du 9 janvier 2014 et 19 janvier 2015 et au Jardin des Arts de Septèmes-les-Vallons en février - mars 2015. Cette exposition de caricatures intitulée "La métropole, un jeu d'enfant", illustre de manière ludique les caractéristiques de la vie quotidienne des habitants de la future métropole Aix-Marseille Provence en mettant en lumière ce qui rassemble plutôt que ce qui divise. 

 

Les caricatures ont été réalisées par cinq artistes-dessinateurs : WINGZ, LE RED, YSOPE, FATHY, OLIVE.

 

 

 

» Documents à voir ou à télécharger :